Pourquoi les femmes de 65 ans et plus doivent demander à leur médecin un test de densité osseuse

L’ostéoporose est détectée par un test de densité minérale osseuse (DMO).

Les dépistages préventifs – de la mammographie aux coloscopies – sont essentiels pour détecter de nombreux problèmes de santé à un stade précoce.

L’ostéoporose est une maladie qui survient lorsque le corps perd trop d’os, produit trop peu d’os, ou les deux, selon la National Osteoporosis Foundation.

L’ostéoporose est grave et il est important d’essayer de la détecter rapidement, a déclaré à Yahoo Lifestyle Ayesha F. Cheema, médecin de premier recours en gériatrie avec Mercy Personal Physicians à Baltimore.

La maladie est détectée par un test de densité minérale osseuse (DMO).

Quand dois-je passer un test de densité osseuse?

En général, il est recommandé aux femmes de 65 ans et plus de se faire tester (il n’existe actuellement pas de recommandations de test basées sur l’âge pour les hommes).

Quelques facteurs de risque vous placent dans ce groupe:

Vous avez un faible poids

Les personnes qui entrent dans cette catégorie “ont généralement un diamètre d’os plus faible et présentent un risque accru de fractures sur le plan mécanique”, explique Laura Ryan, MD, endocrinologue au centre médical Wexner de l’Université de l’Ohio State, à Yahoo.

Vos parents ont eu de l’ostéoporose ou une fracture de la hanche

L’ostéoporose peut être une maladie génétique et les médecins veulent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour rechercher les personnes présentant un risque accru de le développer en raison de leur constitution génétique.

Vous êtes fumeur

Fumer est mauvais pour la santé à bien des niveaux et ne favorise pas non plus les os, dit Kaiser.

Vous souffrez de polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un trouble inflammatoire chronique qui affecte les articulations.

Vous avez eu une ménopause précoce

«Chez les femmes, le risque d’ostéoporose ne survient réellement qu’après l’arrêt du cycle menstruel», explique Ryan.

Si vous avez l’un de ces facteurs de risque, c’est une bonne idée de parler à votre médecin des prochaines étapes, suggère Kaiser.