Des amis célèbrent une bonne santé 10 ans après une greffe de rein

Il y a dix ans, Lynsey Farra, une femme de Christchurch, a été informée qu’elle ne survivrait pas si elle ne recevait pas un nouveau rein.

Farra et son amie de longue date, Claire Johnstone, ont récemment célébré 10 ans après l’opération de transplantation qui lui a sauvé la vie.

En 2008, Farra a subi une insuffisance rénale à la suite des antibiotiques qu’elle prenait lors de ses voyages à l’étranger et avait besoin d’une greffe de rein, a-t-elle dit.

Johnstone, son amie et collègue infirmière à l’unité de cardiologie de l’hôpital de Christchurch, s’est approchée de l’assiette pour donner un rein afin de sauver la vie de son amie.

LIRE LA SUITE:

“Elle m’a dit qu’elle avait besoin d’un rein sinon elle mourrait d’insuffisance rénale”, a déclaré Johnstone.

“Je suis chrétien et je lisais un passage de la Bible sur l’amour fraternel et je me suis dit” pourquoi ça ne serait pas moi? “

L’opération s’est très bien passée, a déclaré Farra.

“Tout s’est très bien passé avec la chirurgie”, a déclaré Johnstone.

«Je ne l’aurais pas fait pour n’importe qui, je dois l’admettre, il y a quelque chose qui m’a touché, elle méritait une chance après ce qu’elle avait traversé, ça n’a certainement pas été facile pour elle.

La transplantation entre amis a inspiré une autre collègue infirmière, Karin Bos, à donner son rein à un bénéficiaire anonyme en 2011.

Il y avait un énorme besoin de donateurs, a déclaré Farra.

L’année dernière, 69 donneurs vivants ont donné leurs reins pour des opérations de transplantation en Nouvelle-Zélande, selon Organ Donation New Zealand, une baisse du nombre de greffes de rein en direct de 2016 82 greffes de rein en direct.

Chaque mois de janvier, les deux hommes célèbrent leur santé en honorant l’anniversaire en se réunissant maintenant Farra a pris sa retraite des soins infirmiers.

Johnstone a dit une fois qu’elle a récupéré de la chirurgie et est retournée au travail, elle n’a pas manqué son rein.

“La Nouvelle-Zélande a un faible taux de dons, l’idée étant de faire réfléchir les gens et d’encourager plus de gens à le faire.”