Utilisation d’échanges manuels pour un programme de dialyse péritonéale à démarrage urgent

Contexte

La dialyse péritonéale à démarrage d’urgence (USPD) a été conçue pour éviter l’initiation temporaire de l’hémodialyse avec un cathéter d’hémodialyse. Chez ces patients, la MP est amorcée dans les deux semaines suivant le placement du cathéter, mais généralement, ces prescriptions utilisent la dialyse péritonéale automatisée (DPA) avec un cycleur. Les échanges manuels n’ont pas été rapportés précédemment pour l’USPD. Nous émettons l’hypothèse qu’en utilisant de multiples échanges manuels à faible volume, les patients présenteront des taux similaires de péritonite, d’infection de site de sortie (ESI), de fuite de péricathéter et d’arrêt de la MP dans les 3 mois suivant l’initiation.

Méthodes

Cette étude rétrospective a inclus des patients ayant initié une MP dans notre unité de mai 2014 à août 2016 en utilisant notre protocole USPD. Patients ayant une surface corporelle inférieure à 1,7 m2utilisé 750 mL de volumes d’habitation et ceux> 1,7 m2utilisé 1000 mL de volumes de séjour au cours des 7 premiers jours. Les temps de séjour étaient de 2 à 2,5 heures pour deux à trois échanges par jour. Après 7 jours de thérapie réussie, les volumes de séjour ont été doublés. Tous les patients ont été maintenus sous 160 mg de furosémide deux fois par jour.

Résultats

Il y avait 20 patients inscrits dans notre programme USPD. Nos taux de péritonite, d’ESI, de fuite de péricathératoire et d’arrêt de la MP étaient respectivement de 5%, 0%, 5% et 5%.

L’échange manuel pendant l’USPD est une modalité viable avec des résultats similaires à ceux de l’APD. L’utilisation des échanges manuels permet aux patients d’être plus ambulatoires le jour où ils ne sont pas habités, permet aux infirmières d’évaluer la quantité d’ultrafiltration et les caractéristiques des effluents et permet également une formation aux échanges manuels.